BIEN CHOISIR VOTRE CHATON

 

Attention : Acheter un chaton chinchilla ne s'improvise pas

  1. Quelques conseils pour bien choisir
  2. Prenez votre temps
  3. Examinez le chaton
  4. Etudiez son environnement
  5. Choisir un mâle ou une femelle ?
  6. Quel sera son caractère ?
  7. Un chaton à quel prix ?
  8. Que doit vous remettre l'éleveur ?
  9. De quoi devez-vous vous munir le jour où vous aller le chercher ?

 

 

Attention : acheter un chaton chinchilla ne s'improvise pas, et cela pour plusieurs raisons :

  1. Cette race de chat coûte cher.
  2. Dans le meilleur des cas, vous le garderez une quinzaine d'années. Ce n'est pas une peluche : vous lui devrez attention et soin toute la durée de sa vie, ce qui implique notamment de le toiletter quotidiennement, lui donner un bain et le sécher, le vacciner tous les ans, le garder à l'intérieur ou dans un endroit bien clôturé, lui assurer une compagnie si vous travaillez car un persan n'est pas fait pour rester seul toute la journée, assurer sa garde et son entretien lorsque vous partez en vacances ou que vous vous absentez plus de 24 heures, le soigner lorsqu'il est malade...
  3. Il existe beaucoup d'arnaques et d'éleveurs peu scrupuleux dans la vente de persans chinchillas. Je peux en parler en connaissance de cause pour en avoir été aussi victime. Cela va de l'élevage intensif de chatons en cage (autrement dit peu socialisés voire agressifs) à la reproduction de persans porteurs de PKD (polykystose rénale) en passant par la consanguinité abusive avec risques de tares génétiques, la vente de chatons de "type persan chinchilla" sans pédigrée car ils sont issus de croisements avec d'autres races...

Voici donc quelques conseils, pour éviter que votre rêve ne se transforme en cauchemar...

A. N'achetez JAMAIS un persan chinchilla de moins de 3 mois (même si cela ne vous empêche pas de le réserver avant cette date)
  • D'abord parce qu'avant trois mois, tout chaton a encore besoin de son environnement familier et surtout de sa mère pour achever sa socialisation, même s'il arrive que son sevrage soit complètement terminé plus tôt. Si la séparation est effectuée avant trois mois, le chat risque d'avoir des problèmes comportementaux à l'âge adulte : malpropreté, mordillements, mauvaise socialisation, agressivité, etc.
    Ensuite parce qu'avant cette date, sa vaccination n'est pas complète et vous risquez de vous retrouver avec un chaton immuno-déprimé, c'est-à-dire susceptible d'attraper le moindre microbe.
  • Un éleveur sérieux ne vous cèdera d'ailleurs jamais un chaton non seulement de moins de trois mois mais aussi de moins d!un kilo.

Ci-contre : Gemme des Neiges de Perséïdes reçoit un cours de socialisation par sa maman qui lui apprend à se soumettre de bonne grâce au toilettage.

  • Lorsqu'on vous montre des chatons, ne les touchez pas tant qu'on ne vous a pas assuré qu'ils sont vaccinés. Par contre, si on refuse de vous présenter les chats de l'élevage et surtout de vous faire visiter la chatterie, MEFIEZ-VOUS, voire refusez l'achat car cela pourrait bien signifier que les normes d'hygiène minimale ne sont pas respectées.
  • Au moment de l'achat, soyez exigeant : N'achetez pas un persan chinchilla sur base d'une simple photo sur internet, ni au premier soi-disant « connaisseur » venu, ni lors d'une exposition (c'est d'ailleurs interdit en Belgique), ni sur une foire... Pour plus de garantie de vous adresser à un éleveur digne de ce nom, demandez conseil à un club officiel et cela AVANT d'acheter votre chat

B. Lorsque vous avez choisi l'éleveur chez qui vous comptez acquérir votre chaton, renseignez-vous d'abord sur la disponibilité des chatons. Puis sur la qualité des chatons. Il existe trois catégories :

  1. Le chaton de compagnie : destiné aux câlins et mais ne pouvant reproduire car il possède certains défauts par rapport aux standards de la race, ce qui ne doit pas l'empêcher d'être en parfaite santé et d'avoir un pedigree attestant de sa qualité de chat de pure race.
  2. Le chaton de reproduction : qui posséde toutes les qualités génétiques requises pour être apte à reproduire.
  3. Le chaton dit de qualité expo : chaton de reproduction qui posséde en outre des qualités physiques telles qu'il peut participer à des expositions féline et obtenir des titres.

Certains éleveurs ajoutent une quatrième catégorie : le chaton dit de qualité "Top show" : Ce serait LE chaton idéal à tous points de vue qui serait susceptible d'être au "top" de tous les concours. J'avoue que je trouve cette catégorie douteuse : Sachant qu'un chaton évolue physiquement jusqu'à deux ans au moins, je ne vois pas comment un éleveur, même possédant une longue expérience, pourrait vous certifier que votre chaton de quelques mois gagnera tous les concours... Méfiance, donc.

Dans tous les cas, n'hésitez jamais à demander à l'éleveur pourquoi il classe ce chaton dans telle ou telle catégorie et quelles sont, à son avis, les éventuels défauts du chaton. Si un chaton est considéré "de compagnie", c'est qu'il possède des tares héréditaires l'empêchant de reproduire, raison pour laquelle aussi il sera moins cher qu'un chaton "de reproduction". Aussi, réfléchissez bien : si votre but est de faire de la reproduction, ne flashez pas sur ce chaton car sa descendance vous causera certainement des soucis. Ce n'est pas pour rien que certains éleveurs font stériliser le chaton avant de le vendre ou, si ce n'est pas le cas, exigeront de votre part la preuve écrite par le vétérinaire que le chaton a bien été stérilisé comme convenu dans le contrat de vente.

C. Ensuite, prenez rendez-vous avec l'éleveur pour une première visite.

Cette visite n'est pas nécessaire, elle est à mon avis indispensable. "On n'achète pas un chat dans un sac" dit la sagesse populaire. Et à moins que vous ne soyez un éleveur expérimenté et que vous connaissez celui qui vous vendra le chaton, évitez d'acheter un chaton à l'autre bout du monde sans l'avoir vu ou sur internet. Rien de tel que rencontrer l'éleveur, le chaton et voir dans quelles conditions ce dernier a été élevé pour s'assurer de la santé et de la beauté de votre futur compagnon.
 
Surtout prenez votre temps pour choisir votre chaton

Rappelez-vous qu'il sera votre compagnon durant de nombreuses années.

Regardez tous les chatons disponibles avant de choisir celui que vous souhaiterez adopter. Un chaton en bonne santé est éveillé, joueur, câlin et ne doit pas s'enfuir à votre approche. Il doit accepter d'être caressé et pris dans les bras.

En dehors des critères de beauté et de standards, préférez un chaton en bonne santé et qui vient vers vous à celui qui reste peureusement caché dans son coin, s'enfuit à votre approche ou est agressif car il sera plus difficile à apprivoiser. Selon un dicton "ce n'est pas le mâitre qui apprivoise un chat mais bien le chat qui apprivoise un maître". Personnellement, j'en suis convaincue, pour l'avoir tant de fois expérimenté : les personnes qui viennent acquérir un chaton chez moi et laissent le chaton les choisir lui-même ne tarissent pas d'éloges sur lui par la suite.

Ghost Star des Neiges de Perséïdes

Et pour laisser un chaton venir à vous, il faut du temps, de la patience. Evitez les gestes brusques, parlez d'une voix calme, sachez qu'un chat est très sensible aux odeurs. Personnellemnt, je veille toujours à ne pas mettre de parfum et à utiliser un savon dermatologique le jour où je vais choisir un chaton. Cela n'a l'air de rien, mais peut faire toute la différence... Et puis aussi, il arrive parfois qu'une seconde visite à l'éleveur avant de se décider évite bien des écueils.

Une fois choisi, n'oubliez pas de demander et noter quelle type de nourriture l'éleveur donne à votre chaton et quelle marque de litière il utilise : dans les premiers temps, il vous faudra utiliser les mêmes (voir rubrique "bien accueillir le chaton chez soi)

Examiner votre futur chaton :

Ne vous vexez pas si l'éleveur vous demande, avant de prendre le chaton, de vous désinfecter les mains : Sachant qu'un chaton de moins de trois mois est uniquement immunisé contre les microbes de son environnement prochel, il est normal -voire même indispensable- pour un éleveur sérieux de se soucier de la santé du chaton qu'il vous confiera peut-être.

Une fois que vous l'avez en mains, examiner le chaton sous toutes les coutures :

  1. Ses yeux et son nez doivent être propres, sans écoulement ni croûte. S'il éternue : méfiance ; risque de coryza
  2. Les oreilles ne doivent pas être abîmées, ni être remplies de cérumen ou d'autres sécrétions noires (signe de gale des oreilles). Une odeur désagréable peut indiquer une infection.
  3. Sa dentition doit être complète et régulière, sans prognatisme supérieur à 2 mm. Les gencives, le palais et la langue doivent être roses et saines et inodores.
  4. Le pelage doit être propre et brillant. En caressant sa fourrure à rebrousse-poil, veillez à ce qu’il n’y ait pas de petits points noirs (signe de puces) ou de pellicules.. Le poil doit être complet et sans tonsures, la chute des poils indique une éventuelle teigne. Des taches noires sur la figure ou les oreilles peuvent également être signe de teigne. Ne le prenez pas chez vous immédiatement mais attendez qu'il soit guéri.
  5. Si son petit derrière est souillé ou que son ventre est ballonné, le chaton a des problèmes digestifs. La présence de ce qui ressemble à des grains de riz signifie que le chaton a des vers et n’a peut-être pas été vermifugé correctement. Demandez à l'éleveuse à quelle date son dernier vermifuge a été fait et si le chaton fait bien ses besoins dans un bac à litière. Sachez qu'un chaton qui n'a pas été éduqué par sa mère à être propre est très difficilement rééduquable.

6.. Enfin, si vous prenez un chat de reproduction ou d'exposition, correspond-t-il aux standards du chinchilla, silver ou golden ?

Il est bien évident qu'à trois mois, vous n'aurez qu'une vague idée de son apparence une fois adulte. Exigez de voir au moins la mère, et si possible le père, ou au moins sa photo, afin de vérifier qu'ils correspondent bien aux standards de la race. Mais ne vous étonnez pas : il est normal que jusqu'à trois à six mois, des marques tabby (zébrures sur le corps) apparaissent sur son poil s'il est silver ou golden (mais pas s'il est chinchilla). Ceci dit, ces marques DOIVENT disparaître après cette date. Pour connaître la couleur de base du chaton, il faut écarter le poil du chat (voir rubrique "les standards de la race"). De même, à trois mois, les yeux du chaton sont normalement encore bleus mais peuvent déjà commencer à tirer vers le vert. Si les yeux ont des cercles ou taches jaunes ou brunes, c'est peut-être signe qu'ils n'auront pas la belle teinte émeraude ou turquoise qui fait tout le charme de cette race. Patience, cependant : Ce n'est qu'à l'âge de deux ans que les yeux du chaton chinchilla, silver ou golden atteignent leur couleur définitive. Enfin, quant à son nez, il est normal qu'à trois mois, il paraisse plus long qu'à sa naissance. En effet, de trois à six mois, le chaton passe par un âge ingrat où son apparence "se défait", un peu comme un adolescent. Aussi, je le répète encore, rien de tel de voir ses parents pour savoir comment il deviendra une fois adulte.

Etudiez l'environnement dans lequel a été élevé votre futur chaton :
  • Humez et regardez... L'hygiène de la maison vous paraît-elle correcte ou règne-t-il de mauvaises odeurs ? Attention : Manque d'hygiène = risque de maladie... Un indice : Les bacs à litières sont-ils propres ?
  • Votre chaton a-t-il été élevé dans la famille ou dans une pièce à part, voire pire, en cage ? NE VOUS LAISSEZ PAS ABUSER par ce que l'éleveur vous racontera : un chat élevé en cage ou dans une pièce isolée est, par définition, mal socialisé par rapport à l'homme et restera toujours, quoi que vous fassiez, méfiant et peu câlin.
  • Les autres chatons de l'éleveur sont-il sociables ou s'enfuient-ils à votre approche ?
  • Demandez à voir le papa et la maman. S'il s'agit d'une saillie extérieure (mâle d'un autre élevage), exigez au moins de voir la mère. Ne vous affolez pas si elle vous semble peu présentable, surtout si sa portée est nombreuse : pendant toute la période de l'allaitement et au-delà, la maman perd du poids, attrape des noeuds par le fait que ses petits la "pétrissent" et certains éleveurs ne toilettent pas trop la maman qui allaite sinon ses petits risqueraient de ne pas reconnaître son odeur. D'autres éleveurs (j'en suis), n'hésite pas à raser un peu autour des mamelles de la maman avant l'accouchement : cela facilite la têtée des nouveaux-nés. D'autres éleveurs encore rasent complètement la maman afin de faciliter la repousse d'un poil brillant et d'un sous-poil abondant.
aphrodite
 
Choisir un mâle ou une femelle ?
Ghost et Gemme des Neiges de Perséides
Beaucoup d'éleveurs vous diront que les mâles sont plus câlins que les femelles. Cela tiendrait au fait que les femelles sont prédisposées à protéger leurs petis et donc à garder une certaine distance avec l'espèce humaine... Cela reste à prouver : je possède des chattes qui sont de vrais pots de colle et des symboles de fidélité. Votre choix sera donc d'abord affaire de goût... et de moyens : sachez en effet que si vous destinez votre chatte à la reproduction, vous risquez de la payer plus cher à l'acquisition. Si vous la destinez à la compagnie, la stérilisation est plus coûteuse pour une femelle, mais elle est nécessaire pour plusieurs raisons. D'abord, pour votre confort. Pendant les chaleurs, les femelles vocalisent beaucoup, surtout la nuit. Elles sont irritables ou au contraire pots-de-colle et se frottent partout. Elles n'hésitent pas à marquer leur territoire par des jets d'urine (moins odorants que ceux du mâle). Les chaleurs sont irrégulières chez les chattes. En théorie, elles durent une semaine, puis reprennent ensuite toutes les trois semaines. Donner la pilule s'avère donc difficile mais est surtout cancérigène.

L'idée qu'il faut laisser à une chatte faire une première portée avant de la stériliser pour lui éviter un cancer de l'utérus n'est qu'une croyance populaire : cela fait plus de vingt ans qu'on a scientifiquement prouvé qu'au contraire, mieux vaut stériliser une chatte avant ses premières chaleurs (donc à l'âge de six et huit mois). Enfin, sachez qu'nue femelle non opérée et non destinée à la reproduction a une espérance de vie moindre : outre que les chaleurs la fatiguent et la font maigrir, elle risque de développer à tout âge kystes, métrite ou cancers de la matrice pas toujours détectables à temps.

De même, si vous ne destinez pas le mâle à la reproduction, faites-le castrer dès l'âge de six mois, cela vous évitere de le voir marquer son territoire, votre habitation, par des jets d'urine dont l'odeur est extrêmement forte et difficile à dissiper. En outre, un mâle qui ne peut reproduire peut devenir frustré et agressif. Alors, de grâce, lorsque vous prenez un mâle de compagnie, stérilisez-le à six mois !

 
Quel sera son caractère ?

Les amateurs de persans chinchillas vous affirmeront que ce sont des chats calmes et paisibles, sociables et doux. Ses détracteurs diront qu'il peut être caractériel et agressif. Ne vous en faites pas : les chatons caractériels sont extrêmement rares, et si cela arrive, c'est que l'éleveur a été peu scrupuleux et a permis une trop grande consanguinité des parents ou les a laissé grandir en cage.. Il est établi qu'un chaton bien sociabilisé, c'est-à-dire caressé et manipulé dès le huitième jour et durant toute sa prime enfance (jusqu'à trois mois) restera sociable et équilibré pour le restant de sa vie.
Par expérience, je suis convaincue que chaque chat a son caractère bien à lui, et que même si certains traits de caractère sont déjà fixés à trois mois, la personnalité de votre chaton continue à se développer après cette date, et sera donc fonction de votre comportement à son égard, de celui de vos enfants, des autres animaux de votre maison, de votre habitat et de votre entourage.

Galaxy des Neiges de Perseides
chatons

Je constate cependant quelques constantes : les persans chinchillas sont en général sociables et affectueux, calmes et accommodants, mais avec un caractère légèrement plus marqués que les persans classiques, ce qui ajoute d'ailleurs à leur charme. Ils sont bien adaptés à la vie en appartement et peuvent être élevés avec d'autres animaux sans aucun problème.

Pour le reste, fiez-vous à l'expérience de l'éleveur ; lui seul pourra vous dire si ce chaton est plutôt câlin ou distant, joueur ou calme, dominant ou dominé.

 

Ci-contre : Aphrodite, ma première chatte golden et sa soeur. Merci Michou pour cette jolie photo

 
Un chaton à quel prix ?

Le prix d'un chaton chinchilla varie du simple au double suivant qu'il est dit de compagnie, de reproduction ou de qualité "exposition".

Au 1er janvier 2012, le prix d'un chaton chinchilla, golden ou silver variait de 750 à... 3000 euros, voir plus. Un bon chaton de compagnie vaut entre 850 et 1250 euros. Un chaton de reproduction aux alentours de 1000 à 1800 euros. Quant aux chatons dits d'expo, les prix ont une fâcheuse tendance à s'envoler et je ne vous parle même pas des chatons que les éleveurs estiment" Top Show" alors que la garantie qu'ils gagnent une expo n'est que sur papier et que même si l'éleveur se vante que votre chaton a déjà gagné un ou deux titres d'expo, il faut se méfier : Exposer un chaton de trois mois me paraît toujours un jeu dangereux car les expositions sont souvent des nids à microbes, sans compter qu'obtenir un titre à trois mois ne présage pas de la qualité du chat à l'âge adulte. Personnellement, je préfère acheter et vendre des chatons en bonne santé et à un prix raisonnable. Mais chacun ses choix.

Galaxy des Neiges de Perseides

Mais pourquoi est-ce tellement coûteux ? Tout simplement parce que les portées de persans chinchilla, golden ou silver sont souvent peu nombreuses : de 1 à maximum 4 chatons (ci-dessus à gauche : Ermione de l'Escavée et son unique chaton femelle : Galaxy des Neiges de Perséïdes) ; la race étant petite, des césariennes sont parfois nécessaires car comme tout persan, le chinchilla possède une tête assez large à la naissance et les bébés restent délicats jusqu’au sevrage.

Une autre raison du coût est la difficulté de reproduire le type “ parfait ”. Il est difficile d'obtenir un chat typé et proche du standard. Cela nécessite des années de croisement, d'expériences...

C’est ce qui explique que selon la qualité par rapport au standard, le prix d’un chat puisse aller du simple au triple, voire au quadruple pour certaines "lignées" .

 
Que doit vous remettre l'éleveur comme papiers ?

  • Au moment de la réservation du chat et du versement du premier acompte (le montant de cet acompte varie d'un quart à la moitié du prix du chaton. Prudence donc : ne le versez que lorsque vous êtes certain du sérieux de l'éleveur et exigez en retour :
  • un certificat de vente reprenant les coordonnées complètes du vendeur, de l'acheteur et du chaton, le prix du chaton et le montant de l'acompte déjà effectué.
  • Au moment du versement du solde du prix et de la livraison du chaton :
    • 1) Un passeport européen prouvant que votre chat a été pucé électroniquement. Il vous appartient de demander à votre vétérinaire de remplir les papiers pour que l'identification électronique soit transférée à votre nom.

Ce passeport tient également lieu de carnet de vaccination et comporte les coordonnées du vétérinaire ayant effectué la vaccination complète du chaton pour un an, c'est-à-dire une double vaccinations, à quatre semaines de distance, contre le typhus et le coryza, ainsi que la notification de tous les vermifuges déjà effectués. Si vous achetez un chaton à l'étranger, il doit en outre être vacciné contre la rage et celle-ci ne peut se faire qu'à l'âge de 4 mois.

2) Un certificat de vente définitif (prouvant l'acquittement du solde du prix et la livraison du chat) et de garantie. La garantie légale que doit vous offrir l'éleveur porte sur l'absence de malformations (héréditaires ou congénitales) pendant un mois à partir de la vente du chat et sur certaines maladies infectieuses ou virales telles que le typhus, la péritonite infectieuse et la leucose (mais dans ces cas, la garantie légale est inférieure à un mois, d'où l'intérêt de faire ausculter votre chaton par un vétérinaire dès le lendemain de son arrivée chez vous).

En principe, votre chat ou au moins ses deux parents doivent être testés non porteurs de FeLV (leucose), de FIV (le sida du chat) et de la PKD (polykystose rénale) par ADN. Vous avez le droit d'exiger copie des résultats de ces tests. Concernant les tests PKD, exigez au moins copies des tests génétiques des parents car ce sont les seuls qui garantissent à 99% des cas (contrairement aux tests par échographie) qu'ils sont non-PKD.

3) Le pedigree : exigez-le car un chaton sans pédigrée, même destiné à la compagnie, ne sera jamais reconnu "chat de race" : il ne sera que de type persan et aucun recours ne pourra être intenté contre l'éleveur en cas de prolème puisque votre chat ne portera pas le nom de la chatterie. Ne vous laissez pas abuser par des éleveurs peu scrupuleux qui vous disent que le pédigrée coûte cher. C'est faux : un pédigrée vaut environ dix à 15 euros !
Mais vérifiez également qu'il provient d'une association ou fédération apte à le délivrer.

Conseils :

Vu les garanties légales, dans les jours qui suivent votre achat, amenez votre chat chez votre vétérinaire pour un bilan complet de santé. Si une maladie visée par la loi sur les vices rédhibitoires, une anomalie congénitale ou comportementale grave est décelée à ce moment-là, vous pouvez faire jouer les garanties de la vente et soit vous faire rembourser, soit remplacer le chaton avant de vous y être attaché.

   

De quoi devez-vous vous munir le jour où vous allez le chercher ?

 

DANS TOUS LES CAS, oubliez l'idée de transporter votre chat dans la voiture sans cage ou sur vos genoux. Même s'il miaule. Bien des chatons sont effrayés par le bruit du moteur, les vibrations de la voiture, l'odeur du diesel ou de l'essence. Aussi, si vous ne souhaitez pas terminer griffé ou dans le ravin, munissez-vous d'un PANIER DE TRANSPORT. Et quand je dis panier, il faut qu'il soit entièrement fermé (y compris sur le dessus) mais suffisamment aéré pour que le chaton puisse respirer ! Personnellement, je préfère les cages de transport type "kennels". En vente dans les animaleries. Un investissement à long terme puisque cette cage vous servira notamment, par la suite, à transporter votre chat chez le vétérinaire. Aussi, ne la prenez ni trop petite ni trop grande. Si le trajet est long, disposez une alèse ou une protection au fond de la cage. Ne lui donner pas à manger durant le trajet : il risquerait d'être malade. Par contre, s'il fait très chaud et si votre trajet fait plus d'une centaine de kilomètres, munissez-vous d'un bol et d'un peu d'eau, que vous lui donnerez, dans la cage, lors d'un arrêt.

En hiver, munissez-vous également d'une couverture, que vous mettrez sur la cage en laissant un côté libre pour que le chat puisse aussi respirer. Les chatons persans sont sensibles aux différences de température et ce serait un comble que votre chaton attrape un rhume sur le trajet !

En été, pour la même raison, évitez de rouler toutes fenêtres ouvertes ou avec la climatisation au maximum.

Comment accueillir votre chaton à la maison ? Cliquez sur la flèche de droite

page précédente
page d'accueil
page suivante